15697087_10209884050991132_179074852_o

Chakib Khelil : Casse-toi au lieu de casser les micros.

dans A la Une/Actualité/Chroniques

 

Voilà un ancien ministre, Chakib Khelil – qui aurait dû certainement être en prison à l’heure actuelle, ou du moins, passer devant un juge d’instruction – qui méprise et insulte des journalistes de son pays.

Alors qu’il s’apprêtait à donner une conférence dans une salle à Bordj Bouararidj, Chakib Khelil se met en colère contre les journalistes, balaie les micros des télévisions des deux mains et s’écrie : « Wash enlaabou (On est en train de jouer ou quoi ?). Vous ne respectez même pas l’assistance. » Le conférencier a ensuite terminé son magister tranquillement avec les micros tendus devant lui. Ceux qui connaissent Chakib Khelil, toujours sous le coup de plusieurs chefs d’inculpations prononcés contre lui en août 2013 par la justice algérienne , faut-il le rappeler, ne s’étonnent guère d’un comportement pareil. L’ex-patron de l’Energie est un homme qui cultive le mépris, l’arrogance et la suffisance. De nombreux cadres de Sonatach et du ministère avaient subi ses brimades, ses oukases et ses décisions de licenciements, de mises au placard ou de mutations. Sa gestion a fait vider le géant pétrolier en faisant fuir les compétences chèrement formées qui sont parties faire le bonheur des multinationales. Mais Chakib Khelil, c’est Chakib Khelil : dissimulateur, liquidateur de biens nationaux, corrompu ou corrupteur sans doute, voleur peut-être. Quitte à se faire insulter autant que cela se fasse par un responsable intègre et compétent. Mais pas par Chakib Khelil. Dans cette courte séquence, ce n’est pas davantage son mépris à l’égard des journalistes et bien sûr des gens qui sont venus l’écouter qui choque. C’est surtout l’attitude de ces confrères qui se sont fait insulter sans émettre la moindre protestation. Un minimum de dignité et une once de NIF voudraient qu’ils quittassent la salle pour le laisser sans caméras, sans micros, sans calepins. Quitter la salle en silence et laisser Khelil déblatérer sans les médias. Car qu’est-ce que Khelil sans les médias ? Zéro, rien.

 

Slimane N.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*