yennayer1

Culture : Tizi Ouzou consacre une semaine pour Yennayer 2967, le Nouvel an Amazigh

dans Actualité/Culture

La Direction de la Culture de Tizi Ouzou va consacrer une semaine entière pour fêter le réveillon  amazigh dans ses annexes et maisons des jeunes de la wilaya.yen4
A partir du dimanche 8 janvier au 14 du même mois, les établissements culturels de la capitale du  Djurdjura vont vivre au rythme festif et convivial à l’occasion de la célébration de Yennayer 2967,  nouvel an amazigh, correspondant au 12 janvier 2017.
Ainsi, des expositions d’articles traditionnels, des productions théâtrales et cinématographiques, des conférences-débats, des animations et galas artistiques ainsi que des concours de poésie animeront  la scène culturelle de Tizi Ouzou tout au long de cette semaine.

« Yennayer amazigh » est la fête du nouvel an amazigh, coïncidant avec le 12 janvier de chaque  année, où est célébrée l’intronisation du fondateur de la 22éme dynastie égyptienne, Sheshonq.
Dans une autre optique, cette date représente un symbole de renouveau et de prospérité chez les  amazigh, où la première journée de l’année est marquée par des habitudes traditionnelles, qui diffèrent d’une région à une autre. « Le premier jour du nouvel an consacre la fête de la fécondité et du renouvellement, se caractérise par la cueillette de plantes vertes, la préparation de repas familiaux et collectifs avec crêpes et couscous à la viande de poulet. On fait la yen3première coupe de cheveux pour  les petits enfants et on procède à des mises en scènes burlesques, quêtes de nourriture, etc. » lit-on  sur le communiqué de la Direction de la Culture de la même wilaya.
Parmi les rendez-vous les plus marquants du programme d’activités, l’on pourra trouver des  conférences pour le moins captivantes, dont les débats tourneront autour des thématiques portant  sur « Yennayer Amazigh ». On trouvera également des figures artistiques populaires, comme Taleb  Tahar, ou encore des produits théâtraux d’envergure, comme « Tacbaylit » ainsi que des projections cinématographiques, à l’instar du fabuleux film « La montagne de Baya ».
Aksil HAMDI

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*