el-hadin

Festival du Film Amazigh à Tizi-Ouzou : Le ministre de la culture boycotte la cérémonie de clôture.

dans A la Une/Actualité/Culture

Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, était le plus grand absent lors de la cérémonie de clôture de la 15 ème édition du Festival Culturel Annuel du Film Amazigh à Tizi-Ouzou, qui s’est déroulée dans l’après midi de ce jeudi 22 Décembre à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.

L’absence du premier responsable du secteur, au niveau du gouvernement d’Abdelmalek Sellal, n’est pas passée inaperçue. On apprend même que Azzedine Mihoubi, membre de l’exécutif du parti d’Ahmed Ouyahia, le RND, qui n’a pas fait le déplacement à Tizi-Ouzou, a boycotté le festival, préférant ainsi envoyer une « simple » représentante de son ministère, et qui, elle aussi, n’a même pas pris la parole.

Cette absence, confirme de plus en plus l’isolement du ministre de la jeunesse et des sports, Ould Ali Elhadi, qui ne rate aucune activité organisée par la direction de la culture de Tizi-Ouzou, comme si c’était son secteur.
D’ailleurs, au cours de cette cérémonie, Ould Ali Elhadi semble tenter de se racheter, en prononçant un discours pour rendre hommage au chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika et aussi à l’armée nationale. Ce qui a laissé entendre, à l’intérieur de la salle, que le ministre de la jeunesse et des sports, essaye d’envoyer un message « d’offre de services » pour piloter la liste FLN en prévision de l’élection législative du printemps 2017.

Par ailleurs, un fait inédit a marqué la cérémonie de clôture de la 15 ème édition de ce festival, et ce n’est pas n’importe quoi, car les organisateurs ont oublié un détail considéré partout ‘‘protocolaire’’. En effet, les organisateurs ont oublié de diffuser, au début de la cérémonie, l’hymne national « QASSAMAN » alors qu’ils se sont emporter par la voix de la chanteuse Amel Zen, qui a fait danser les invités.
Ce n’est qu’en fin de cette cérémonie, que les organisateurs ont reçu un coup de téléphone pour les avertir et rectifier le tir et… diffuser l’hymne national.

Autre fait marquant vient cette fois-ci de la bouche de la Directrice de la Culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, Madame GOUMEZIANE Nabila. La première responsable du secteur de la culture semble ne pas connaitre son secteur, puisqu’elle a tenu à rendre hommage  au réalisateur et cinéaste ‘‘Ahmed Rachedi’’, qui, selon elle, a réalisé le film ‘‘Chronique des années de braise’’, alors qu’il s’agit d’un film réalisé par ‘‘Mohammed Lakhdar-Hamina’’. Ce film algérien, sorti en 1975, a remporté la Palme d’or au Festival de Cannes de la même année.

Au moment où le gouvernement d’Abdelmalek Sellal impose une politique d’austérité aux algériens, certains secteurs continuent à débourser des sommes faramineuses, pour se noyer dans le plaisir et la joie. Tel est le cas pour le secteur de la culture avec certains festivals et des invités payés, des fois, en devise, même si c’est juste pour une demie heure afin d’attirer le public.

Kenza Merouani

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*