42 morts dans un raid aérien en Syrie

dans A la Une/Actualité/International

Ce jeudi, au moins 42 personnes, des civils pour la plupart, ont perdu la vie et une centaine ont été blessées dans des raids aériens sur une mosquée d’un village du nord de la Syrie, a indiqué une ONG. « Des avions non identifiés ont mené des raids sur une mosquée dans l’ouest de la province d’Alep à l’heure de la prière, tuant 42 personnes, en majorité des civils », a affirmé le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahmane.

Les secours sur place tentaient d’extraire des personnes coincées sous les décombres de la mosquée du village d’al-Jineh, situé à 30 kilomètres à l’ouest de la ville d’Alep, selon l’ONG. Plusieurs personnes sont portées disparues. « Plus de 100 personnes sont blessées », a ajouté Rami Abdel Rahmane, en soulignant que le bilan des morts risquait de s’alourdir.

La localité est sous le contrôle des groupes rebelles. D’après des images diffusées par des militants anti-régime et présentées comme celles du drame, le bâtiment semble entièrement détruit. On y voit des casques blancs, ces célèbres secouristes des zones rebelles de Syrie, aidés de torches, fouillant dans les décombres et parvenant à en tirer un survivant aussitôt emmené vers une ambulance.

« Nous n’avons pas visé une mosquée »

Les forces armées américaines ont reconnu jeudi qu’elles avaient effectué une frappe contre El Qaïda, mais elles ont nié avoir délibérément visé la mosquée. « Nous n’avons pas visé une mosquée, mais le bâtiment que nous avons ciblé, là où avait lieu le rassemblement [d’Al-Qaïda], se trouve à environ 15 mètres d’une mosquée qui est toujours debout », a plaidé jeudi soir le colonel John J. Thomas, porte-parole du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient, en précisant qu’ils allaient « enquêter sur les allégations selon lesquelles cette frappe aurait fait des victimes civiles ».

Selon un communiqué préalable du Centcom, « les forces américaines ont effectué une frappe aérienne sur un rassemblement d’Al-Qaïda en Syrie, le 16 mars, dans la province d’Idlib, tuant plusieurs terroristes ». Le porte-parole du Centcom a ensuite déclaré que la location précise de la frappe n’était pas claire, mais qu’il s’agissait bien de la même frappe que celle qui aurait touché la mosquée du village d’Al-Jineh, dans la province voisine d’Alep.

Conflit entre l’armée syrienne et Israël

Des avions de combat israéliens ont attaqué plusieurs cibles dans le centre de la Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué. Plus tard, un des missiles tirés en représailles depuis le sol syrien a été intercepté au nord de Jérusalem par le système de défense antimissiles Arrow, ont indiqué les médias israéliens. L’armée syrienne a par ailleurs annoncé vendredi avoir abattu l’un des avions de combats israéliens ayant mené des raids dans la nuit sur le territoire syrien.

« Notre défense aérienne a abattu un appareil, touché un autre et forcé les autres à fuir », a affirmé l’armée dans un communiqué publié par l’agence officielle Sana. L’armée syrienne a indiqué que quatre avions de chasse israéliens avaient visé dans la nuit une « cible militaire » près la ville de Palmyre, dans le centre de la Syrie. Une information démentie par l’armée israélienne. Dans un communiqué publié par l’agence officielle Sana, l’armée précise que les avions israéliens « sont entrés dans l’espace aérien à 2 h 40 via le territoire libanais et ont atteint une cible militaire près de Palmyre ».

Il s’agit de l’incident le plus sérieux entre les deux pays – toujours formellement en guerre – depuis le début en 2011 du conflit qui ravage la Syrie.

AFP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*