Concours du FCE du meilleur journaliste économique : Ali Haddad passe à la corruption inshore ?

dans A la Une/Actualité/Chroniques/Les Mots de Idir Tazerout

Quand on est journaliste et on apprend juste après avoir pris son « Lait » que le Forum des Chefs d’Entreprises, FCE, a lancé la 2ème édition du «Prix de la presse économique 2017», vous n’aurez qu’une seule envie ; celle de retourner au « Lit ».  Ou même au « Lait » puisque le prix ou « le prêt » en question récompensera, selon ses initiateurs, « les journalistes de la presse écrite, presse électronique, radiophonique et télévisuelle pour leurs articles, enquêtes, émissions et reportages qui traitent des thèmes en relation avec l’économie nationale ».

Le prix que vont décerner « ces gens-là » ne concerne pas « le meilleur gros mot » mais…le  Journalisme économique ! Voilà ce qui fait frémir de nos jours les plus fragiles des privilégiés patrons de l’argent sale.

Il faut le dire, puisque pour rester toujours dans « leur journalisme économique » dans un pays corrompu comme l’Algérie, le passé récent ne retient en terme de distinction, et non des moindres, que le plus prestigieux prix journalistique au monde : Le Pollitzer !

Ce dernier fût attribué il y a juste quelques mois pour les excellentes « enquêtes journalistiques économiques », comble du hasard, menée par un consortium de journalistes dont fait partie l’algérien Lyas Hellas ! Ce même Lyes Hellas qui justement a su défoncer de toute sa plume les plus beaux papiers économiques qui désignent les plus corrompus et fraudeurs de l’Algérie indépendante, en l’occurrence ceux-là même qui ont eu cette initiative, Ali Haddad comme pour bien le nommer.

Mais, Lyes lui, il passe son temps à investiguer et à débusquer des mafieux dont certains sont regroupés dans ce FCE  …

Voilà une de ces « initiatives » que le ministre de la communication doit arrêter en extrême urgence compte tenu la grave atteinte qu’elle porte à cette noble mission qu’est le journalisme.

Djamel Kaouane, en tant que tout nouveau ministre de la Communication, qui juste avant son passage par l’Anep, était le directeur du journal de Ali Haddad, osera-t-il dire « NON » ? Non à cette atteinte de plus à l’endroit de cette profession, Ô combien elle a enduré et elle endure encore dans ces contrées où son exercice cohérent relève du miracle.

Que des Ali Haddad et autres rejetons de la rente pétrolière s’éloigne de ces cercles nobles pour éviter au moins de se brûler les ailes.

Les meilleures enquêtes économiques ? Il faut bien en citer quelques une ! Non celles qui attireront des prix mais celles qui ont poussé beaucoup de journalistes au licenciement, d’autres, y ont carrément laissé leur vie.

Ces enquêtes en cascades sur les affaires de madame Sellal, de Monsieur Ouyahia, Ali Haddad, Bouchouareb, Said Bouteflika, Chakib Khallil et sa femme, tous les ministres et leurs enfants devront-elles participer et espérer détenir un prix du FCE ?!

Croire à cela, ou même s’aventurer à imaginer de rêver que ces enquêtes puissent être reçues par le bureau de validation est un blasphème suprême à la profession et aux rares professionnels qui osent encore refuser les tablettes et Smartphones de dernière invention, ni les voyages non plus.

Votre mode de corruption des journalistes se dénude de plus en plus. Instituer un concours, amadouer par des prix, primes et cadeaux combien même à valeurs faramineuses, ne feront jamais détourner la profession de sa noblesse, n’en déplaise à ceux qui iront déposer leurs copies au bureau de validation du concours, comme des gentils petits élèves des cours élémentaires, dociles et portant leur col à bouffer de la tarte !

Non, Mesdames  et Messieurs, en multipliant autant de prix du « meilleur journaliste », tout en piétinant la loi, l’intention est de fragiliser le statut du journaliste au prétexte de le renforcer.

Le tout sous le regard complice du ministère de la Communication ainsi que les patrons de journaux qui, pendant ce temps-là se tiennent accrochés  léchant les talons des grands patrons qui leur jettent pubs et voyages.

Enfin, Pour le jury qui décidera des «lèches journalistiques» qu’il aura à traiter, il fera le tout pour primer celle ou celui que leur annoncera leur « Allée » Haddad depuis son « Lait » !

Idir TAZEROUT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*