Contribution : La situation des migrants subsahariens dans nos hôpitaux

dans Actualité
Ces derniers temps, on assiste impuissants à un phénomène nouveau dans nos pavillons d’urgence. Le cas des ressortissants de l’Afrique subsaharienne qui traversent le désert et qui occupent régulièrement la scène publique et qui affluent à l’hôpital.
Des migrants de plus en plus victimes d’agression et d’accident sur la voie publique.
Mais que peut-on dire de ces situations ?
Ont-elles une solution ou relèvent-elles simplement d’un exercice banal comparable à l’urgence de tous les jours ?
En outre, font-elles écho à des désignations émiques et, dans cette perspective, à quelles procédure de prise en charge correspondent-elles ? Autrement dit, on peut se demander à quoi ressemble le devenir d’un patient africain et si il constitue une figure nouvelle dans l’activité des urgences quand on sait que l’algérien lui-même est malmené même en présence d’un entourage familial chaleureux.
je reviendrais dans ma prochaine contribution vous en dire sur l’histoire tragique de Zakaria. Un jeune à la fleur d’age.  Juste 20 ans, burkinabé qui a séjourné depuis plus d’un mois à l’hôpital de Zmerli sans aucun contact. Zakaria  souffrait gravement d’un traumatisme fermé abdominal violent après un accident ; trois fois opéré et il est toujours vivant. Il faut dire qu’il tient à la vie d’une manière à la limite incroyable…
Aissam CHIBANE
Chirurgien à l’hôpital Zmirli

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*