La garde à vue de Maitre Mohcene Amara prolongée et son avocat « menacé par le bâtonnat »

dans A la Une/Actualité

Victime d’une arrestation arbitraire, Maitre Mohcene Amara a été présenté aujourd’hui, 2 juillet 2017, devant tribunal de Saïd Hamdine à Bir Mourad Raïs.

Comble de l’injustice, la justice a décidé de prolonger sa « garde à vue pour complément d’information ».

La raison ?   «  L’un des policiers a déposé plainte contre Maitre Amara Mohcene pour agression,  alors que la vidéo de son arrestation qui circule sur internet depuis vendredi  montre tout le contraire », indique Maitre Yahia Cherif, son avocat, à La Voix d’Algérie.

Membre fondateur de l’École nationale de la magistrature et ancien membre de l’ALN, Me Yahia Cherif, à remis les pendules à l’heure en soulignant que «  c’est Maitre Amara qui a subit l’agression et non le policier ».

Dans toute cette histoire, Me Amara a été accusé d’ «  usurpation de fonction d’avocat » lors d’une audience tenue mercredi dernier, soit l’avant-veille de son arrestation par les services de sécurité.

Son avocat, Me Yahia cherif a indiqué que «  Abdelmadjid Sillini, le mercenaire, a envoyé sa milice d’avocats pour dire au procureur que Me Amara n’est plus avocat, car, suspendu par le bâtonnat », avant de poursuivre ; «  cela montre l’acharnement de ce bâtonnier dont j’ai dénoncé moi-même l’élection ainsi que le conseil du bâtonnat »

Un autre fait et pas des moins graves :  Me Yahia Cherif nous a informés que lui-même a été « menacé lui par le bâtonnier d’Alger, Me Sillini » en des termes qui en disent long sur le fonctionnement de la justice en Algérie :

«  Vous renoncez à sa défense (Me Mohcene Amara Ndlr), sinon vous allez subir le même sort que lui ».

C’est dire que pour ce qui est du respect de l’équité, des droits humains et du droit d’un avocat de défendre son confrère, le système judiciaire algérien peut attendre.

 

La Ligue Algérienne Des Droits de l’Homme dénonce

 

Voici le texte intégral du communiqué de la LADDH

 

Une vidéo a envahi les réseaux sociaux, montrant l’enlèvement de l’avocat Amara Mohsen, par des personnes en tenues civiles, d’une manière très violente, le forçant à monter dans une voiture civile de marque Volkswagen, de type Caddy, de couleur bleue, immatriculée du numéro : 071402-109-16. A la fin de la vidéo, un commentaire indique que c’est des éléments des services de sécurité qui ont procédé à cet enlèvement : «c’est l’état qui l’a pris et personne ne peut contester les agissements de l’état.», entendra-t-on sur la vidéo.

L’enlèvement de Me Amara Mohsen qui a eu lieu en plein jour, par des personnes en tenue civile ; et le commentaire déclarant qu’il s’agissait de représentants de l’état, constitue une grave violation des droits de la citoyenneté, garantie par le Constitution. Cet acte est un indicateur de la volonté de certaines parties du pouvoir à entraîner le pays dans un cycle d’actes illégaux pour propager la peur dans la société et imposer le fait accompli. Cela permettra à certains groupes d’agir en dehors des lois de la République.

La constitution garantie la liberté des personnes, le respect de leur dignité et assure leur sécurité, à travers les institutions en général, alors que les services de sécurité et de la justice, en particulier, doivent garantir leurs droits.

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, dénonce l’enlèvement de Me Amara Mohsen et exige des services de sécurité et de la justice l’ouverture d’une enquête dans l’immédiat, afin de mettre la lumière sur cette affaire, en mettant à disposition les informations nécessaires déterminant les responsables de l’enlèvement et procéder à la punition des auteurs de cet acte.

Aussi, la LADDH exige la libération immédiate de la victime dont l’intégrité physique et morale est la responsabilité des services de sécurité.

La LADDH enverra un rapport aux organismes internationaux compétents, afin de les informer des nombreux actes illégaux que subissent les citoyens, souvent, non documentés, ce qui permet aux responsables de nier leurs actes.

Algérie, le 01/07/2017.
Pour le Bureau national de la LADDH,
Le Président Me. Salah DABOUZ.

 

 

Mokhtar BARRAS

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*