Journée internationale des forêts à Tizi Ouzou : L’énergie propre et renouvelable, un atout pour la protection de l’environnement

dans A la Une/Actualité/Environnement

La journée internationale des forêts, coïncidant avec la journée du 21 mars de chaque année, a été marquée par la participation des associations et des porteurs de projets de ce secteur en partenariat avec les pouvoirs publics. Le programme richissime qui met en avant le thème du jour, et qui a attiré une foule importante, a été inauguré à 10h du matin au niveau de la placette du musée de la ville (Ancienne Mairie de Tizi Ouzou) par le wali, M. Bouderbali, en présence des directions de la wilaya, des porteurs de projets économiques et des associations du secteur de l’environnement.

Des expositions de sensibilisation au profit des habitants de Tizi Ouzou ont été organisées tout au long de la journée, afin de faire valoir l’énergie propre et renouvelable dont sont dotées les forêts, ainsi que leur rôle dans la préservation de l’écosystème de la biodégradabilité.

L’association universitaire Eco-Action avait organisé un stand pour expliquer les causes de la pollution de l’environnement, et le créneau de l’exploitation des déchets recyclables à travers des maquettes. En un premier temps, cette association d’étudiants a expliqué, dans une maquette, le cycle de la pollution environnementale, et les moyens et techniques avec lesquels les déchets engendrés pourront être exploités et transformés en une matière utilisable. Les deux moyens les plus pratiques, selon cette association, seraient l’installation des stations dépuration d’eaux usées, et des Centres d’enfouissement technique des déchets recyclables.

« L’une des causes de la pollution et de la biodégradabilité vient du citoyen » estime un représentant de la direction de la conservation des forêts. Un facteur direct qui participe à la dégradation du cadre de vie des espèces végétales et animales, d’où « la disparition même des espèces animales de la région, à l’instar du gros-bec qui vivait dans la région dans les années 70, mais qu’on ne revoit plus aujourd’hui » rajoute le même interlocuteur. D’ailleurs, la même source juge que « la disparition des espèces animales est l’une des preuves tangibles qui montrent le danger qui pèse sur notre environnement ».

Par là-même, la direction du Parc National du Djurdjura a réservé un stand aux espèces animales qui vivent encore dans les forêts et montagnes du Djurdjura. A l’exemple du mangouste ichneumon, la bécasse des bois, le renard roux, la chouette chevêche, ou encore le sanglier commun.

En outre, des experts du domaine de l’environnement pensent que la création de l’énergie renouvelable est l’un des moyens les plus indéniables pour la consolidation de l’écosystème, et le préserver de la dégradation. Ainsi, l’énergie solaire comme moyen conséquent et utilitaire est mise de l’avant par les porteurs de projet de ce domaine d’activité pour commuter à l’énergie impropre que génère l’électricité. Dans le même sillage, un représentant d’une entreprise du domaine nous a expliqué l’énergie solaire « est une énergie propre, puisqu’elle provient directement du soleil, et économique à la fois, tant qu’elle vient en commutation à l’électricité qui brûle le gaz et qui pollue, en l’occurrence, l’environnement » nous dit-il.

 

M. H.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*