LA JUSTICE « DE SOUCHE »

dans A la Une/Actualité/Chroniques/Le mot d'Azwaw O

Le Pen la fille a une curieuse façon de traîter de la justice. Pour elle, la justice n’est sociale que sous l’angle nationaliste qu’elle lui définit. En d’autres termes, elle est « de souche » ou ne l’est pas !

Le temps d’une réplique, la fille a retrouvé le père. Et ce n’est pas le feuilleton judiciaire d’une tragi-comédie familiale -où Jean-Marie le Patriarche et Marine la Bleue se partagent la vedette- qui contredira cette réalité.

Invitée, jeudi 10 février, à L’émission politique de France 2, la candidate de l’extrême droite à la Présidentielle française a étalé toute l’étendue de la discrimination qu’elle entend institutionnaliser via sa mesure de taxer les emplois délivrés aux étrangers, si elle est élue présidente. « Le sens de la justice se détermine par rapport à la nationalité », a-t-elle tenté de faire valoir pour justifier ce qu’elle entend par « la préférence nationale » qu’elle brandit en étendard à chaque fois qu’il est question de l’étranger.

Lourde d’une charge fantasmagorique violente, cette déclaration témoigne d’une projection faisant de l’étranger l’objet de peurs, de colères et de haines insondables que la candidate aspire à transformer en gisement électoral pour accéder à l’Elysée.

Pourtant, les médias parisiens qui sont revenus en long et en large sur l’émission, n’ont pas souligné la dangerosité d’une telle déclaration.

Qu’une mère « pas naturalisée » de trois enfants, vivant en France « depuis 1992″, en formation dans un centre de réinsertion professionnelle à Le Mée-sur-Seine, attire son attention sur l’injustice de cette mesure qui risque de la mettre au chômage, l’avocate n’en prend pas acte, pas plus que la candidate, d’ailleurs…

Que ses enfants dont l’un est en  » Master à Creil », l’autre suit son cursus universitaire « à la Sorbonne » et le troisième à « Science Po », soient privés de ressources pour payer leur logement, Marine la mère n’en est nullement touchée. Que ces trois étudiants soient naturalisés français, c’est tout ce qui compte pour la candidate.

Les tragédies familiales que pourraient provoquer des mesures aussi discriminatoires ? Marine les dilue avec une facilité glaçante dans « la préférence nationale ».

Pour cette candidate que les sondages placent en haut des estimations de vote pour le premier tour de la Présidentielle, les richesses que « la mixité » offre à la France, n’ont pas d’importance, surtout, lorsque cette réalité lui est rappelée par une gabonaise « naturalisée française ».

En somme, Le Pen la fille a beau se « dédiaboliser », l’héritage du Patriarche ne s’efface pas à coups de formules faussement gentilles et de sourires jaunes !

Az.O.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*