Hmimi

Les Mots de Hmimi / Les toilettes publiques en Algérie.

dans A la Une/Actualité/Chroniques

Je ne suis jamais rentré dans les toilettes d’El Mouradia, le Palais du gouvernement. Mais, j’imagine qu’elles sont propres, puisque nos gouvernants passent leur temps à nous uriner dessus. Dans le cas de certains ministres, leurs discours ressemblent carrément à une bataille d’excréments. Cela éclabousse de partout. Qui de nous n’a pas fait cette mauvaise expérience dans des toilettes publiques algériennes – quand on a la malchance de les trouver ? Le pire, c’est dans les institutions de l’état : Les ambassades, les wilayas, les mairies et les avions d’Air Algérie. Les toilettes en Algérie sont à l’image du pays et où la phrase : « Nous sommes dans la merde » devient un euphémisme pour : « Nous sommes LA merde ! ». La seule stratégie que le gouvernement algérien utilise à merveille et avec grand succès, c’est IFBPSH : « Ils Finiront Bien Par S’y Habituer ». Et nous, le fier peuple algérien, nous ne les décevons jamais. La phrase : « Bein ! Nous sommes en Algérie » est devenue une carte blanche pour jouer dans la merde. Nous sommes devenus ces bébés que la curiosité pousse à jouer avec le contenu de leurs couches, avec l’avantage de ne pas avoir de parents pour les gronder. De plus, même papa met des couches et il vit même dans sa merde depuis que maman l’a quitté.

Quand on pénètre dans les toilettes publiques algériennes, on trouve des excréments partout sur la cuvette turque, sauf aux alentours du trou. Cela s’apparente à un jeu de tire à la carabine pour aveugles dans une foire. Pourtant. on ne comprend pas comment on peut rater à une aussi courte distance, à moins qu’on l’ait utilisée debout et sans regarder. L’algérien pense simplement qu’il est trop grand pour se rabaisser à s’occuper de sa « propre merde ». Lentement, on se rend compte que tout ce que touchent les algériens: ils le tachent inévitablement de leurs détritus. Je pense notamment à ces pauvres palestiniens que certains algériens prétendent vouloir aider. Un conseil : lavez-vous les mains d’abord, car les palestiniens n’attendent pas plus que cela de vous. Soyez juste propres avant d’aider les autres !
C’est seulement quand on veut refermer la porte derrière soi qu’on comprend pourquoi qu’ils ratent toujours le trou. Un point en commun dans la plupart des toilettes : les portes n’ont jamais de verrou. Ceci dit, quand il y a des portes. Alors on fait ses besoins en surveillant celle-ci, on est constamment aux aguets et dans une gare routière, on doit se lever souvent pour dire : « il y a déjà quelqu’un ! ». Par conséquent, ce dérangement continuel explique pourquoi les algériens chient en permanence à côté du trou.

Sétif est une ville modernisée grâce aux impôts de la wilaya de Bejaia. Mais si un jour, vous voulez utiliser sa gare routière, assurez-vous que vous faites vos besoins avant d’y aller. En effet, les toilettes sont un vulgaire petit trou fait avec du ciment et que tout le monde rate. Une femme était obligée de prendre un taxi pour aller à un restaurant, faire ses besoins et revenir. Dans une des toilettes des hommes, il y a écrit sur un mur en large : one too tree viva l’Algérie avec des excréments. A côté, un numéro de téléphone de « Djezzy » pour une rencontre épicée et toujours avec des excréments et L’Entente de Sétif)- leur équipe de football. Au milieu de tout cela, il avait du épuiser son stock de merde et utiliser celle des autres. La couleur différait de la première et était moins solide.

Quel peuple ! Bientôt, l’Algérie aura comme emblème la représentant : une crotte. On devrait auditionner pour la plus belle crotte d’Algérie a la place de l’étoile, dont les critères seront : Volume, couleur, texture, odeur et écrite en belle calligraphie arabe : El Djazairouna!

Hmimi O’Vrahem

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*