Simone Veil SIPA

Simone Veil, cette rescapée d’un camp de concentration qui sauva les condamnés à mort algériens

dans A la Une/Actualité

Simone Veil, de son vrai nom Simone Jacob, s’est éteinte ce vendredi matin à 8h 15 à l’âge de 89 ans. Elle devait fêter ses 90 ans le 13 juillet prochain.

Femme très engagées en France et en Europe, Simone Veil rescapée d’un des plus horribles camps de concentration nazi, Auschwitz en l’occurrence, alors qu’elle n’avait que 16 ans lorsqu’elle a été déportée avec sa mère et sa sœur aînée, Simone s’en sort avec force de caractère.

Sa relation avec l’Algérie, Simone Veil l’a marqué durant la Guerre de libération 1954/1962. Une époque où elle était haut fonctionnaire au ministère français de la justice, s’occupant des établissements pénitenciers.

Assurément très marqué par les atrocités qu’elle avait subies au camp d’Auschwitz, Simone prend une part importante dans le sauvetage des prisonniers algériens.

Affectée, en sa qualité de magistrat chargée des prisons, à s’occuper du très délicat dossier des prisonniers en Algérie, Simone Veil marque par son passage dans les prions algériens sous le colonialisme français, une emprunte qui lui reste gratifiante.

Se rendant dans les prisons, elle fut très mal accueillie par les responsables pénitenciers. Simone Veil doit résoudre un problème très compliqué, puisque tous les condamnés à mort devraient y passer à la guillotine. Bien que le général De Gaulle ait décidé de suspendre leur exécution en 1958 pour pouvoir mener sa politique de « la Paix des braves », une farouche résistance des militaires français présents sur le sol algérien s’est mise en place. Les colons et pieds noirs étaient galvanisés par « le sans pitié » de François Mitterrand, alors ministre de la justice depuis 1955 qui en exécuta une quarantaine sur les 150 algériens condamnés à mort.

Pour Simone Veil qui débarque alors en 1959, devrait trancher sur un dossier très complexe, celui de savoir s’il faut garder prisonniers des centaines de personnes condamnées à mort alors que le général De Gaulle a suspendu leur exécution.

Elle finit par trouver un compromis, celui de les transférer en métropole pour leur éviter le couperet. Pour ce qui concerne les femmes algériennes prisonnières, elle avait demandé qu’elles soient regroupées dans le même centre pénitencier et qu’elles puissent bénéficier de cours.

Fayçal GNAOUI

7 Commentaires

  1. Sans mettre en doute son combat humanitaire ,elle n’a fait qu’exécuter les ordres du général De Gaule. Il reste quand même une tâche dans son casier humanitaire : s’acoquiner avec l’organisation sioniste du « Crif » qui soutien – comme tout le monde le sait – financièrement et politiquement la colonisation de la Palestine par Israël . Aussi, on ne l’a pas entendu sur les atrocités commises par les sionistes israéliens contre la population palestinienne . Dommage .

  2. Les jeunes morts et les mutilés, Français d’Algérie, la remercient d’avoir sauvé de la guillotine ces « Héroines de la libéraion algérienne » qui n’avaient d’autre courage que celui de déposer leurs bombes dans des bars ou des dancing fréquentés par des étudiants ou des enfants venus en famille déguster une glace !

  3. Bonjour Mr Fayçal Gnaoui, merci pour cet excellent article, je voudrais juste vous dire que tous les pieds noirs n’étaient pas galvanisés par la mise à morts des algériens. Comme dans ma famille où mes parents étaient militants communistes à Oran, soutenaient l’indépendance de l’Algérie et étaient révoltés, meurtris, du sort fait aux combattants algériens dans les prisons coloniales…Révoltés aussi et traumatisés comme moi même par les assassinats auxquels nous avons assistés, commis journellement par tous nos voisins membre de l’OAS, d’algériens qui avaient le malheur de passer dans notre quartier de Maraval et où il y eu un bain de sang …Vu d’horribles choses et nous avons eu très peur pour notre propre peau…Bonne continuation à vous.

  4. Oui c’est vrai!
    Ma tante Malika Koriche parmi d’autres femmes ancienne résistante Algériennes Allah Yramha
    Dont on en parle pas beaucoup en Algérie ni dans les manuel d’histoire D’Algérie
    C’est grâce à Simone Veille qu’elle n’a pas été guillotiné

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*