Solidarité avec Slimane Bouhafs : L’action est interdite pour la deuxième fois à Alger.

dans Actualité

Plus de dix véhicules de la police nationale, une centaine de policiers en tenue officielle et des dizaines d’agents en civil ont été dépêchés ce matin pour interdire le rassemblement de soutien en faveur de Slimane Bouhafs devant le ministère de la justice à Alger.
Condamné à cinq ans de prison ferme par le tribunal de Setif, puis à trois ans ferme par la cour de la même localité pour «atteinte au prophète et aux préceptes de l’islam», Slimane Bouhafs subit actuellement sa peine depuis quatre mois à Setif, puis transféré depuis deux mois à Constantine.
Organisée par le collectif de soutien en présence de la fille de Bouhafs, Tilleli, l’action a été encore une fois avortée. «les policiers se sont acharnés contre moi sans aucune raison. lls m’ont arraché de force mes pancartes que j’avais en main. J’ai senti que j’étais dans un État de non-droit, un État policier», s’indigne Tilleli.
Pour rappel, la famille de Bouhafs avait déjà indiqué des craintes quant aux «menaces que subit Bouhafs en prison à Constantine». Ce dernier avait été, selon la famille, «tabassé à l’intérieur de cet établissement pénitentiaire», la raison pour laquelle elle avait demandé «son transfert à Bejaia».
Cette demande n’a pas encore eu de suite, selon elle. L’affaire reste à suivre.

Kamel Souadi

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*