sonat

Sonatrach-Total-Repsol,signent un contrat pour le champ de Tin Foyé Tabankort

dans Actualité/Economie

Un contrat de recherche et d’exploitation de gaz sur le périmètre de Tin Foye Tabankort (Illizi) a été signé lundi à Alger entre la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, Total (France) et Repsol (Espagne).

Le document a été signé par le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, le président de l’Agence nationale de valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft), Arezki Hocini, pour la partie algérienne, et le P-dg de Total, Patrick Pouyanne, et le Directeur général de Repsol Algérie, Didier Wloszczowski, pour la partie étrangère.

D’une durée de 25 ans, ce contrat prévoit la réalisation d’un programme additionnel estimé à 324 millions de dollars et financé à hauteur de 51% par Sonatrach, de 26,4% par Total et de 22,6% par Repsol, a indiqué l’administrateur de l’Association Sonatrach-Total-Repsol, Mahfoud Amamra.

Ce programme additionnel de développement permettra de maintenir la production du champ de Tin Foyé Tabankort (TFT-Bloc 238), qui s’élève actuellement à plus de 80.000 barils équivalent pétrole/jour (bep/j), pendant six (6) ans, soit trois (3) milliards de m3/an de gaz, et de récupérer des réserves additionnelles d’hydrocarbures estimées à plus de 250 millions de bep dont 29,2 milliards de m3 standards de gaz sec.

A cet effet, cette association entre les trois partenaires prévoit de réaliser un programme de travaux additionnels comprenant notamment le forage de onze (11) nouveau puits, l’installation d’une unité de compression de basse pression en amont de l’usine et l’optimisation du réseau de surface et de fonctionnement de l’usine.

Le Directeur de la Division Association auprès de Sonatrach, Farid Djettou, a rappelé que le premier contrat de recherche et d’exploitation sur le périmètre de Tin Foye Tabankort sera échu en 2019.

A cet effet, les groupes Total et Repsol avaient alors souhaité avoir un nouveau contrat d’une durée de 25 ans.

Pour sa part, M. Amamra a tenu à préciser que l’Association Sonatrach-Total-Repsol est le groupement “le plus algérianisé”, c’est-à-dire que le nombre des employés nationaux qui travaillent au niveau de ce gisement est important.

Intervenant lors de la cérémonie de signature, le P-dg de Sonatrach a avancé que la conclusion de ce nouveau contrat “va nous permettre de mieux valoriser nos réserves, ce qui est l’un des objectifs affiché de la Stratégie Sonatrach 2030 (SH 2030)”.

“Nous sommes heureux de renforcer le partenariat historique qui lie Sonatrach à Total et Repsol sur le champ TFT où nous travaillons main dans la main depuis 1996”, a-t-il ajouté.Intervenant lors de cette cérémonie, le Directeur général de Repsol Algérie a rappelé que ce champ produisait déjà depuis plus de 19 ans, et ce, grâce à la coopération des trois compagnies signataires du contrat et à leur professionnalisme.

“Aujourd’hui, les trois partenaires ont décidé de lancer un programme additionnel de développement qui devra apporter une valeur ajoutée aux trois compagnies et à l’Algérie”, a-t-il fait valoir.

Ce jalon, a poursuivi M. Wloszczowski, est important pour le renforcement de la coopération entre Repsol et Sonatrach à travers notamment la production de gaz à TFT et d’autres productions dans d’autres régions du pays.

Rappelant que le groupe Repsol exerce en Algérie depuis 1973, il a émis l’espoir que cette compagnie “reste encore pour de nombreuses années pour lancer de nouveaux projets”.

De son côté, le P-dg de Total a estimé que ce contrat marquait “une nouvelle étape dans la mise en £uvre de l’accord global signé entre Sonatrach et Total en avril 2017 et contribue à renforcer la coopération stratégique entre les deux sociétés”.

“En tant que partenaire historique du champ de TFT, Total continuera à apporter le meilleur de son expertise technologique afin de poursuivre la valorisation des réserves de ce champ gazier. Ce projet s’inscrit dans la stratégie du groupe de développer sa production de gaz dans des conditions  compétitives”, a soutenu M. Pouyanne.

Pour rappel, les investissements déjà consentis pour le développement de ce gisement sont de 1,2 milliard de dollars et ont été fractionné en deux phases.

La première phase a porté sur la mise en production du gisement en 1999 par la réalisation de 2 trains de traitement de 10 millions Sm3/j chacun, et de, respectivement, 3 lignes d’expédition de gaz, de condensat et de GPL.

Quant à la deuxième phase, elle a porté sur la réalisation d’une station de boosting en mai 2010 en vue de maintenir le plateau de production à 20 millions Sm3/j pendant 5 années.

Le périmètre contractuel de TFT, situé dans le bassin d’Illizi à environ 400 km au sud-est de Hassi Messaoud, avait été découvert par Sonatrach et s’étend sur une superficie de 1.571 km2.

Sa mise en exploitation remonte au 18 mars 1999 suite aux travaux de développement réalisés par l’association de ces trois partenaires.

Ce champ produit du gaz sec, du condensat et du GPL.

Source: APS

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée

*